Archives du mot-clé #film

Comment éviter les violences sexuelles en milieu scolaire ?

Dans le cadre de sa campagne de vulgarisation du protocole de Maputo, le Réseau des Enfants et Jeunes Africains pour les Droits Humains, « REJADH » en sigle, a organisé le samedi 9 décembre 2017 deux cafés d’échange à l’hôtel Bungwe. L’avant-midi avec les enseignants et parents puis l’après-midi avec les élèves des différentes écoles de la ville de Goma. Tout dans l’objectif d’échanger sur les violences sexuelles. J’ai participé attentivement à ces assises ! Dans ce billet de blog, je vous propose des pistes de solutions pour éviter les violences sexuellesdans le milieu scolaire.

Espoir distribue des T-shirts aux élèves participants. Ph. Akilimali Saleh

Espoir distribue des T-shirts aux élèves participants. Ph. Akilimali Saleh

Par Akilimali Saleh

Accepter d’abord le fait.

Après les explications des membres du REJADH se basant sur le protocole de Maputo, les enseignants et élèves ont accepté qu’ils ont été en même temps auteurs et victimes des violences sexuelles en milieu scolaire. « Ce sont des  problèmes qui existent et qu’il faut combattre » a dit Abel KAWELO, le préfet de l’institut Mikeno islamique dans les avant-midi. Et dans les après-midi, les élèves ont tous mis la main en l’air quand EspoirBindu, un des facilitateurs du jour avec sa méthode participative, a demandé qui sont auteurs et/ou victimes des violences sexuelles.

Devenir acteurde la lutte contre ces violences

Après la conscientisation dans les deux séances, les jeunes de la REJADH ont demandé aux participants de proposer des pistes de solution pour éradiquer les violences sexuelles en milieu scolaire. « C’est l’école qui instruit les enfants qui sont l’avenir du pays et il faut qu’elle soit saine pour rendre une éducation sûre pour tous. » Propos de Gracia Kibanja, point focal du REJADH en RDC.Les enseignants et élèves doivent mutuellement éviter des attitudes provocatrices.

Il ne faut plus se taire mais dénoncer.

C’est l’une des conclusions de la séance du matin car ne pas dénoncer encourage les bourreaux à continuer avec la violence.  C’est aussi parmi les recommandations du REJADH aux élèves. Ariane Mbilizi, une des élèves participantes a dit « pour sauvegarder l’image de leur établissement, il y a des chefs qui découragent les élèves quand ils veulent dénoncer des cas de viol ; ils doivent arrêter. »

Une élève intervient dans le débat. Ph. Akilimali Saleh

Une élève intervient dans le débat. Ph. Akilimali Saleh

Punir les acteurs des violences sexuelles.

Une jeune élève de l’institut Rutoboko témoigne que« des cas de violences sexuelles faites surtout contre les filles élèves sont gérés à l’amiable et dans certaines situations, les victimes sont abandonnées par la communauté alors qu’elles devraient être accompagnées. »Quant au préfet du Complexe Scolaire Seamen,  ilne se limitepas à décrier cette situation mais TomboAmanis’engage aussi« à traduire en justice les personnes auteurs de ces actes de violence sexuelle. »

D’autres stratégies ont été proposées dans ces activités, j’ai juste choisi l’essentiel.

Pour pérenniser la lutte !

Des noyaux pour la sensibilisation contre les violences sexuelles ont été créés dans les écoles représentées. Ces noyaux sont composés par les élèves formés qui vont sensibiliser leurs pairs avec comme référence le protocole de Maputo. Le REJADH accompagnera ces jeunesdans leurs actions. Selon Gracia Kibanja, « d’autres cafés d’échange seront organisés pour informer les acteurs de l’éducation sur le protocole de Maputo et ses bienfaits pour une éducation sûre pour tous en RDC. »

Avez-vous des avis ? Laissez-les en commentaire de cet article. Vous pouvez aussi le partager sur les réseaux sociaux.

Publicités

Oui, Raconter le Congo positif paye mieux (même) !

La plupart du contenu sur la RDC raconte l’histoire d’un pays scandaleusement riche mais terriblement misérable. Beaucoup d’ONGs et individus utilisent cette narrative pour se faire de l’argent. Mais, est-il possible de lever des fonds ou attirer l’attention avec une histoire alternative ?       J’en parle dans ce billet.

19400241_1438102386248418_7038465439799026754_o

Par Akilimali Saleh

Entre nous, des congolais sont payés pour diffuser dans le monde la partie moche de la RDC. C’est probablement pour plaider le cas des congolais ou s’enrichir. Un sous-traitant d’un ONG intervenant dans l’agriculture m’avais dit : « Il faut créer des missions de service à l’intérieur pour bien profiter de cet argent. D’après tout, l’argent ne va pas retourner chez nos bailleurs de fonds. » Il faut dire tous les maux du pays car ça paye à l’internationale. Ces arguments marchent pourtant à l’occident. Ils mélangent mensonges, vérité en y mettant de l’émotion pour attirer la sympathie des hommes de bon cœur qui soutiennent alors la lutte pour l’amélioration de la « situation » du pays.

Le plus triste à dire est que cet argent ne change pas le quotidien des congolais. Dans un autre billet, Nord-Kivu : Qui veut la parité ?, un chargé de mobilisation avait dit « … il faut avancer tout en restant sur place ».   Une partie de ce fond est affectée dans les activités de justification et de visibilité. Ils ont besoin que la situation de la communauté ne s’améliore pas pour avoir des financements le plus longtemps possible. Les nationaux vendent des informations qui décrédibilisent les congolais et le Congo pour avoir des financements.  L’est de la RDC peut nous donner des vraies leçons sur le sujet. Ha ! Que les compatriotes ne m’en veulent pas, certains congolais, pas tous.

Alors vue que le « Congo positif ne paye pas » doit-on croire que c’est impossible que des vrais patriotes donnent le Congo tel qu’il est avec toute la diversité sociale, politique et culturelle ?  Répondre à cette question nous amène à s’interroger sur les pratiques des jeunes dans la diffusion de l’image du pays. Je pense qu’il est possible, certains jeunes essayent de faire parler le Congo au mieux qu’ils peuvent. Et la bonne manière est de faire bien ce dont on est capable et vendre une image positive du Congo et des congolais.

L’autre exemple est de Meschack, un jeune danseur de Goma qui a remporté un prix Pas seulement dans la danse mais tous les domaines de la vie humaine. Dans la ville de Goma, travaille un centre de création artistique pour l’encadrement et l’épanouissement des jeunes dans divers métiers et arts.

Congo International Film Festival réuni plusieurs jeunes volontaires congolais. Des congolais qui peuvent inspirer et des internationaux talentueux participent aussi. Du Cinéma au leadership en passant par la littérature, le design et autres, des jeunes apprennent à développer une pensée critique. Cette pensée critique incitera ces jeunes à mettre en avant les intérêts de la communauté.

Ce festival est à sa douzième édition en 2017. Il se tiendra à Goma du 08 au 16 Juillet dans plusieurs sites. Au programme, des ateliers de renforcement de capacité dans plusieurs domaines. L’objectif est d’appuyer les jeunes à s’approprier l’image du pays pour le raconter dans l’affirmatif. Ces jeunes racontent leur histoire et cette fois sans exagération car l’argent des ONG ne les motivent pas.

Dans la région de l’est de la RDC où se raconte tous les maux, ce festival tente de créer des opportunités aux ambitieux pour vendre les pages positives de cette région. Pour cette édition, le thème est « C’est possible » parce qu’il est possible. Le CIFF est utile pour la communauté congolaise surtout à l’est. La population est habituée à quémander au près des ONG presque tout. Au lieu de travailler, des jeunes diplômés conçoivent des associations pour essayer de manger sur cet argent facile appelé localement « za bazungu » en français « des blancs ». Le CIFF organise des formations, échanges et autres activités pour inspirer les jeunes à une vision de la vie et la redéfinition des objectifs pour plus d’autonomisation.