Archives pour la catégorie droit de l’enfant

Comment éviter les violences sexuelles en milieu scolaire ?

Dans le cadre de sa campagne de vulgarisation du protocole de Maputo, le Réseau des Enfants et Jeunes Africains pour les Droits Humains, « REJADH » en sigle, a organisé le samedi 9 décembre 2017 deux cafés d’échange à l’hôtel Bungwe. L’avant-midi avec les enseignants et parents puis l’après-midi avec les élèves des différentes écoles de la ville de Goma. Tout dans l’objectif d’échanger sur les violences sexuelles. J’ai participé attentivement à ces assises ! Dans ce billet de blog, je vous propose des pistes de solutions pour éviter les violences sexuellesdans le milieu scolaire.

Espoir distribue des T-shirts aux élèves participants. Ph. Akilimali Saleh

Espoir distribue des T-shirts aux élèves participants. Ph. Akilimali Saleh

Par Akilimali Saleh

Accepter d’abord le fait.

Après les explications des membres du REJADH se basant sur le protocole de Maputo, les enseignants et élèves ont accepté qu’ils ont été en même temps auteurs et victimes des violences sexuelles en milieu scolaire. « Ce sont des  problèmes qui existent et qu’il faut combattre » a dit Abel KAWELO, le préfet de l’institut Mikeno islamique dans les avant-midi. Et dans les après-midi, les élèves ont tous mis la main en l’air quand EspoirBindu, un des facilitateurs du jour avec sa méthode participative, a demandé qui sont auteurs et/ou victimes des violences sexuelles.

Devenir acteurde la lutte contre ces violences

Après la conscientisation dans les deux séances, les jeunes de la REJADH ont demandé aux participants de proposer des pistes de solution pour éradiquer les violences sexuelles en milieu scolaire. « C’est l’école qui instruit les enfants qui sont l’avenir du pays et il faut qu’elle soit saine pour rendre une éducation sûre pour tous. » Propos de Gracia Kibanja, point focal du REJADH en RDC.Les enseignants et élèves doivent mutuellement éviter des attitudes provocatrices.

Il ne faut plus se taire mais dénoncer.

C’est l’une des conclusions de la séance du matin car ne pas dénoncer encourage les bourreaux à continuer avec la violence.  C’est aussi parmi les recommandations du REJADH aux élèves. Ariane Mbilizi, une des élèves participantes a dit « pour sauvegarder l’image de leur établissement, il y a des chefs qui découragent les élèves quand ils veulent dénoncer des cas de viol ; ils doivent arrêter. »

Une élève intervient dans le débat. Ph. Akilimali Saleh

Une élève intervient dans le débat. Ph. Akilimali Saleh

Punir les acteurs des violences sexuelles.

Une jeune élève de l’institut Rutoboko témoigne que« des cas de violences sexuelles faites surtout contre les filles élèves sont gérés à l’amiable et dans certaines situations, les victimes sont abandonnées par la communauté alors qu’elles devraient être accompagnées. »Quant au préfet du Complexe Scolaire Seamen,  ilne se limitepas à décrier cette situation mais TomboAmanis’engage aussi« à traduire en justice les personnes auteurs de ces actes de violence sexuelle. »

D’autres stratégies ont été proposées dans ces activités, j’ai juste choisi l’essentiel.

Pour pérenniser la lutte !

Des noyaux pour la sensibilisation contre les violences sexuelles ont été créés dans les écoles représentées. Ces noyaux sont composés par les élèves formés qui vont sensibiliser leurs pairs avec comme référence le protocole de Maputo. Le REJADH accompagnera ces jeunesdans leurs actions. Selon Gracia Kibanja, « d’autres cafés d’échange seront organisés pour informer les acteurs de l’éducation sur le protocole de Maputo et ses bienfaits pour une éducation sûre pour tous en RDC. »

Avez-vous des avis ? Laissez-les en commentaire de cet article. Vous pouvez aussi le partager sur les réseaux sociaux.

Publicités

Quartier Murara : L’insalubrité rend la vie difficile.

L’insalubrité gagne de plus en plus du terrain dans la ville de Goma, des quartiers résidentiels sont aussi envahis. L’exemple le plus concret est celui du Quartier Murara au nord-ouest de la ville.

une poubelle non entretenue dans

une poubelle non entretenue dans le quartier Murara.    Ph. Innocent Buchu

Par Akilimali Saleh

Des éléments tirés d’un reportage de BALINGENE Rosette, étudiante dans la faculté des sciences de l’information et de la communication à l’Université de Goma

Des sachets, déchets ménagers, poubelles non entretenus se trouvent dans des écoles, églises, petits marchés et même devant les maisons.

Selon Patrick, un habitat de ce quartier « ça serais due à l’absence d’une politique de gestion des immondices. Dans ce quartier de tas d’ordures et immondices jonchent de plus en plus les rues et autres lieux publiques »

D’autres habitants se sont plaints d’être envahis par ces déchets jusqu’à leurs portes.     Jeanne, une trentaine, femme de ménage est l’une d’entre eux ; pour elle « c’est nos vie ainsi que celle de nos enfants qui est en danger ».   BALINGENE Rosette a dit dans son reportage : « Les vendeurs ont aussi du mal à écouler leurs produits et ils demandent aux autorités urbaines de régler le plus tôt cette situation ».

Alors comment ces immondices arrivent-ils au vue et au su de tous ?

Certaines familles payent les enfants de la rue pour qu’ils évacuent ces immondices et la nuit, ces derniers les jettent soit dans des caniveaux, les coins des rues, et même devant les maisons d’habitation.   En passant ou même en se réveillant, on sent une odeur désagréable. Dans cet environnement insalubre, enfants et adultes tombent malade.

Les enfants qui vivent dans ce quartier sont les plus vulnérables. « Ils marchent sur ces immondices de fois pieds nus, jouent avec et d’autres en mangent sans prendre conscience que c’est un danger pour leurs santé. C’est même une menace pour leurs existence » a dit BALINGENE Rosette.

En auditionnant ce reportage avec attention, j’ai compris que quelque chose doit être faite par tous et vite pour éviter le pire.

Pour tout commentaire, impressions, suggestions ou autres, laisser un commentaire.

Si vous aimer, merci de le publier sur les réseaux sociaux.

Une nouvelle année, 2015 et … ?

Je me réveille ce matin et regarde sur mon téléphone, il est 6h passé. Je n’ai pas activé le réveil de mon téléphone hier soir parce que je savais que demain il y a pas cours. Allongé sur mon lit, les sons du vent dans les arbres percent le mur de ma chambre. Comme dans mes habitudes j’ouvre la fenêtre ou j’ai toujours eu une vue sur petit champ des voisins, l’air est beau et frais. Je me tourne et je vois mon calendrier, ce jeudi ne s’y trouve pas c’est alors que me souvient que c’était la bonne année. je respire encore 2015 et je dois changer ce calendrier mais pour l’esthétique il devra reste là jusqu’à l’achat d’un autre. Je sors un peu et salut les quelques voisins rencontrer à l’extérieur puis je fais mes taches ménagères comme d’habitude et me dirige vers la douche bassin d’eau avec savon et gant dans mes deux mains. Mais mon père s’y trouve, je dois l’attendre dehors. Et pour me distraire je marche en trainant mes pas. Malgré la lenteur j’arrive très vite sur la grande route à une dizaine des mètres de chez nous. Des pneus ont été brûlés dans la veillée de la nuit pour festoyer 2015 et d’un coup je vois deux petites fillettes toute souriantes passé très rapidement avec chacun un beignet. Je me demande alors comment les enfants ressentent ces moments des fêtes. Certes, beaucoup se sentent à l’aise car leurs parents restent avec eux, il aura viandes, frites, sucrés, des bières, nouveaux habits et autres leurs sont prépares . Mais dans cette année (2015) pendant combien de temps les enfants vivront ces bons moment? Combien des enfants seront battus par leurs parents ou enseignants ? Combien des enfants auront des corvées? Combien mourront de la fièvre, malaria ou autre par manque des médicaments ? Combien seront recruté de force dans des groupes armés ? Combien subiront des intimidations, tortures physique ou psychologique ? Combien seront tué par balles, par injustice ou même leurs parents ? Ce Lundi 05 Janvier beaucoup serons chassé pour les frais scolaires du premier trimestre qui vient de s’écouler. D’autres irons vendre les marchandises pour leurs parents à la place de partir aux cours. En vrai dire moi je crains que cette nouvelle année change pour les enfants dont leurs droits sont violé. Dans certaines familles les choses vont changer positivement mais dans d’autres, les conditions de vie ne changeront pas dans d’autres encore la vie sera plus difficile pour les enfants. Chacun de nous a sa place dans cette amélioration des conditions de vie des enfants. C’est un devoir à nous tous et ensembles nous pouvons parvenir à changer quelque chose. Alors de votre part ? Heureuse année à vous tous et vous toutes Par Akilimali Saleh